Devenir artisan du cycle



  • autre point attention au fisc et gens jaloux autour de soi…Un pote il y a deux semaines a eu contrôle urssaf et police pour voir si ces employés étaient déclarés.Et ils sont venu fouiller chez lui pour voir si il cachait pas du cash !

    Un témoignage voir sur ce lien ils croquent quelques moutons de temps en temps.

    http://www.temoignagefiscal.com/vos-temoignages/
    Un témoignage arrivé par contact, publié avec l’accord de l’auteure.

    A titre personnel, lors de ma vie de dirigeante d’entreprise avec mon mari, nous avons connu également cet acharnement fiscal. Entre 2014 et 2017 (liquidation judiciaire de nos 3 sociétés), nous avons eu 1 contrôle de facturation et 2 contrôles fiscaux en 2014, 3 contrôles de TVA et 1 contrôle Urssaf en 2015, puis de nouveau 2 contrôles fiscaux en 2016, … Ahhh j’oubliais aussi 3 contrôles personnels car le professionnel découle sur le personnel, et aussi 3 contrôles fiscaux pour les SCI (nos locaux professionnels). En gros, donc je résume 15 contrôles à gérer sur 3 années … Sachant que l’administration fiscale peut s’octroyer 6 mois pour réaliser chaque contrôle. Je comprends mieux maintenant où est passée notre énergie. Au lieu de relancer nos clients pour qu’ils payent, nous nous « amusions » à passer des journées à traiter les dossiers fiscaux.

    Et je vous rassure l’administration fiscale repart toujours, je dis bien toujours, avec quelque chose en rajoutant une dose de pénalités diverses et variées (jusqu’à 80% pour la mauvaise foi car sur le principe nous sommes de mauvaise foi), et surtout sans un brin d’humour …. Heureusement que les comptables et experts-comptables existent pour contrôler, mais bon au final seuls les dirigeants sont responsables.

    Juste pour information, car le souvenir est toujours bien ancré, un contrôle de facturation, c’est quoi exactement ? Ce sont deux personnes avec blouson en cuir qui brandissent leurs cartes « bleu-blanc-rouge » nous demandant sans aucune forme de politesse de leur sortir nos classeurs clients et fournisseurs, sans pouvoir nous absenter. Le contrôle a duré 2 jours avec un interrogatoire (comme si nous étions en garde à vue) avec rédaction de procès-verbaux. Une fois terminé sur site, vous attendez avec angoisse le résultat des courses. Pour indication, une facture doit comporter 15 mentions obligatoires. Chaque omission ou exactitude peut engendrer 15 euros d’amende par point, sans excéder 25% du montant total de LA facture !!! Donc essayer de faire un calcul rapide si la même erreur se réitère sur plusieurs factures voir toutes vos factures. Personnellement, nous nous en sommes sortis avec une amende à 0. Je pense que vexée, l’administration fiscale s’est acharnée en multipliant les contrôles ensuite.
    Juste une petite anecdote qui peut envoyer une entreprise tout droit vers la porte de sortie qui est la liquidation judiciaire et son cycle infernal …



  • Merci pour tes conseils, je vais étudier tout ça 😉 .

    La vache les coups en traître lors des contrôles… Entre ça, la paperasse, les contraintes… Faut pas s’étonner qu’autant de boîtes se barrent a l’étranger ou n’embauchent pas…



  • @Celika a dit dans Devenir artisan du cycle :

    Merci pour tes conseils, je vais étudier tout ça 😉 .

    La vache les coups en traître lors des contrôles… Entre ça, la paperasse, les contraintes… Faut pas s’étonner qu’autant de boîtes se barrent a l’étranger ou n’embauchent pas…

    je pense que c’est l’une des raisons aussi qu’on voit plus les anciens du forum.Qui à l’époque démarraient et si ils sont encore sur le marché ça marche pour eux .Les premières années sont les plus durs se faire connaître=pour pouvoir vendre.Donc on les voit plus car plus le temps.

    Et là je t’ai pas tous cité.Je m’étais mis à mon compte et j’avais les autres commerçants comme clients.

    En France les fonctionnaires parasites ne veulent pas que tu deviennes riches.Sinon t’aurais plus besoin d’eux .Les suédois voir les suisses verraient comment l’argent publique est dilapidé.Ils seraient fou et quand t’as ta boîte tu le sens les sous jeté ici et là pour des postes bidons dans une fédé,administration bidon ex observatoire national de la délinquance.T’as du gros détournement d’argent publique légale et qui trinque nous les petits.

    Tu vas voir les types du pôle emploi cci etc qui touchent l’argent de l’état.Les mecs te diront pas les réalités du chef d’entreprise.C’est comme demander à un puceau de t’expliquer la première fois.Ils prennent leurs feuilles et te parlent de chiffres en singe savant.Quand j’avais eu mes emmerdes avec le rsi .J’en sortais et j’ai demandé à ces machins si il y avait plus de problèmes avec le rsi.La BGE et à la chambre de l’artisanat ils m’ont affirmé que non.Alors que la technicienne rsi m’avait affirmé qu’il avait atteint le pique de la connerie.

    Comme je t’indiquais rapproche d’assos avec anciens patrons d’entreprises à la retraite.Qui te coacheront et te diront les réalités du truc.

    Sois tu restes petit voir cas Yann plus haut .Et attention si tu dépasses le plafond en micro entrepreneur un truc qu’ils te disent pas .Et que j’ai appris en lisant le lien que je t’ai filé sur les contrôles fiscaux.C’est que par exemple si ça fait 3 ans que tu es en auto entrepreneur et que la 4 eme années ton plafond est dépassé.Ils te font payer la tva sur les 3 autres années.Je te mettrai une vidéo c’est arrivé à un type.Dans un témoignage sur le blog contrôle une nana disait que le fisc réclamait 30 000 ou 50 000€ de tva.

    J’ai fais des demies journées d’informations sur le statut micro entrepreneur cela a jamais été mentionné à la bge et cci.

    Ou après faut accepter bosser beaucoup si tu fais le calcul.Pour vois combien t’es payé de l’heure t’es peut-être dans les 5 €/h net?Certes tu pourras te payer une belle bmw avec la société etc .Mais effectivement dans un autre pays ou il y a moins de pression fiscal tu serais riche!
    De plus comme je te l’indiquais tu racle mais t’auras pas une retraite de fonctionnaire d’une municipalité ville moyenne.

    D’autres exemples ,il faut savoir bien recruter.Et c’est tous un métier…Mon voisin de la boutique que j’avais.Son employé avait la mort contre lui.Pourquoi?Car il avait une belle nana et une belle voiture pendant un an il a monté un dossier en prenant les photos etc.Car mon voisin faisait un peu de black justement pour pouvoir payer ces 2 maisons et faire sa retraite.Heureusement mon voisin a vu le coup venir.La police sont venus urssaf etc il a été en procès contre son employé.Qui disait qu’il devait uriner dans un sac plastique car ne pouvait pas prendre sa pose etc.Qu’il avait eu du harcèlement psychologique etc.Au bout de 3 ans procès mon voisin épuisé a gagné.Mais il a du fermer boutique.Car il a pas pu se concentrer sur sa boîte et a fait une dépression.Et il a même faillit divorcer .

    Autre cas un type ouvre une boîte création site etc.Il devait embaucher un de mes clients.Le mec a fait la connerie d’embaucher deux commerciaux en cdi.Les mecs ne venaient plus bosser pour se faire virer.J’ai pas trop compris le truc le type a perdu sa boîte et je te laisse imaginer dans quel état il devait être.

    Autre cas un restaurateur ,une serveuse était en arrêt sur arrêt.Il l’a viré car petite structure .Elle l’a traîné aux prudhommes et gagné 7000€.

    Et je lisais sur un forum le type disait “oui tu peux acheter avec l’argent de l’immobilier etc devenir plus riche!”.Sauf qu’il a oublié de dire par exemple tu montes un fond de commerce ,une marque etc vend ta boîte en France.Ils t’attendent au virage.

    Un exemple

    https://forum.immigrer.com/topic/142284-«-en-france-on-vous-tue-»/page/3/#comments

    Quand moi j’ai revendu mon magasin le prix de vente s’est rajouté sur le bilan comme bénéfice exceptionnel donc je ne vous dis pas l’impôt sur les sociétés que j’ai dû payé. Je croyais être tranquille mais sur la vente d’une société il y a également le fameux bonni de liquidation que vous payez en impôts sur le revenu soit pour moi 26000 € plus les sommes à verser au tribunal, annonce légale etc… Comme mon épouse était ma salariée j’ai dû lui verser 11000 euros d’indemnité de licenciement dont 6500 € à pole emploi. Dans le même temps un ami qui avait acheté un appartement 120000€ l’a revendu il y a quelques semaines 260000 € en soustrayant les travaux il a gagné 100000 euros cache en 3 ans, net d’impôts et taxes. Comme quoi il ne faut pas être entrepreneur en France mais salarié avec 35h, RTT, ticket restaurant, commité d’entreprise, 5 semaines de congés, participation, primes de fin d’année etc …tout ce qui n’existe pas au Québec en passant !!!

    sur le contrôle fiscal je te conseils d’écouter ce type.Trop gentil moi à sa place je me serai barré.Il me semble qu’ils lui sont retombé dessus.En fait une fois que t’as un premier contrôle fiscal .Et qu’ils t’ont bien allumé ils reviennent c’est du racket légal.
    Et vu la complexité du bordel ils savent qu’ils te niqueront.

    https://www.lepoint.fr/economie/quand-le-fisc-reclame-par-erreur-18-millions-d-euros-a-une-pme-09-04-2015-1919733_28.php#

    Qui pourrait imaginer qu’une vendeuse en pâtisserie à la retraite ne parlant pas anglais et sans connaissance informatique puisse diriger une société éditrice de logiciels ? Un inspecteur du fisc à Nice. Cet inspecteur, pourtant, n’a même pas pris la peine d’interroger la brave dame. Cela ne l’a pas empêché d’infliger un redressement fiscal de 18 millions d’euros à GSX, une entreprise qui ne réalise que six millions de chiffre d’affaires. Il a fallu presque cinq ans à Antoine Leboyer, un ingénieur français diplômé de Harvard, pour faire entendre raison à Bercy.

    En gros t’as tous un tas de pièges qui t’attendent quand t’es chef d’entreprise.Et en France on t’incite pas à devenir grand sinon tu te feras manger et bosseras pour l’état.Malheureusement l’argent publique fr est très mal géré .Voir vente des autoroutes qui nous rapportaient etc.Dans ma ville un type touche 55000€/an de subventions municipale pour être prof de judo aux gosses, il a pas le diplôme.Mais connaît du monde à la mairie.Surement un franc mac qui fait jouer de ses relations…

    Donc je pense que dans un premier temps micro entrepreneur c’est le plus intéressant.Le plafond est quand même élevé…

    Donc je pense que si la boîte démarre .Le plus judicieux et de partir dans un pays ou ils aiment les entrepreneurs.Et les tuent pas…Même partir quelques années le temps de se faire du cash de côté et de revendre ta société éventuellement.Mais attention de bien bordé sa car là aussi le fisc te court après .

    Après j’ai pas trop regardé les pays valables etc.Je travailles sur mes produits etc.Je verrai si le business marche ou pas.



  • Salut, merci pour ta réponse et désolé de ne pas avoir répondu plus tôt.

    Effectivement quand tu vois les coups tordus, les erreurs administratives,… Ça refroidit un peu, et donne d’autant plus une impression d’inégalité. C’est vrai que sauf exceptions, un auto entrepreneur va plus galérer à salaire égal qu’un employé. C’est plus la passion et l’envie de mener son projet à bien qui rentre en jeu.

    Je n’ai pas comme objectif de devenir riche avec mon entreprise, c’est surtout pour faire quelque chose qui me plaît (être motivé pour me lever le matin plutôt que de me dire que je passe ma vie à travailler pour rien). Si ça me permet de vivre “normalement”, quitte à faire un peu d’intérim en cas de dépense imprévue ou si je veux me payer des vacances, ça me va.
    Plus mettre un peu de côté en vue d’une éventuelle retraite.

    Je pense que je me ferais accompagner autant que possible pour le côté administratif (Pôle emploi, toujours mieux que rien, la Région, etc…). Pour commencer j’ai aussi vu les coopératives d’entrepreneurs, ça pourrait être pas mal (plusieurs entrepreneurs qui se mutualisent pour avoir plus d’accompagnement et de “poids”). https://www.economie.gouv.fr/ess/cooperative-dactivites-et-demplois-cest-quoi

    Par contre au niveau législatif c’est toujours le flou total pour le cadrage… Je vais essayer de contacter des cadreurs en exercice, mais apparemment beaucoup n’aiment pas trop communiquer là dessus (j’en ai discuté avec d’autres personnes ayant un projet équivalent).



  • Hello,
    Depuis le début j’exerce en CAE (Coopérative d’activité et d’emploi) qui permet d’être salarié en étant son propre patron. Dans un premier temps cela permet de tester son activité avec un statut et profiter d’un accompagnement. Ensuite, quand ça roule, on devient salarié de la coopérative et c’est elle qui gère le gros de l’administratif et de la comptabilité. On est plus tout seul dans son coin à galérer, et c’est toujours bon de fréquenter d’autres entrepreneurs.es même si on n’a pas la même activité (car les galères sont les mêmes!)

    Ensuite, niveau réglementation / assurance,
    J’ai pas eu de soucis avec les deux Coopératives par lequel je suis passé pour bénéficier d’assurance RC.
    Niveau réglementation, être cadreur est toujours dans un flou juridique (ou plutôt une absence). Nos vélos ne devraient pas rouler sur la voie publique, pourtant les quelques artisans qui ont été contrôlé ont toujours pu justifier leur expérience ou les tests qu’ils auraient pu faire.
    Pour info l’Association des Artisans du Cycles (Créé à la suite du CDM 2017) s’était rapproché du BNA (Bureau de normalisation automobile) pour rédiger une norme sur les composants cycles, dont les cadres. Le BNA a récemment changé d’avis et abandonne ces travaux faute de pouvoir récolter un financement suffisant de la part des acteurs du cycle en France.

    nb: toujours dispo pour discuter/ouvrir mon petit atelier aux autres, je communique plutôt par mail (via mon site).



  • Salut

    Merci beaucoup pour ta réponse 👍 !

    Le système coopératif a l’air très intéressant. Le côté administratif fait partie des plus gros butoirs pour mon projet… Et comme tu dis, être en relation avec d’autres entrepreneurs dans une situation proche de la sienne est encourageant.

    Donc tu n’as pas eu de problèmes pour être assuré, toi-même et les vélos que tu vends ? Pas d’assureur spécialisé ?
    J’ai lu que certains font signer une décharge (genre “usage en voie privée uniquement”) pour se couvrir d’éventuels pépins, à voir si ça a une valeur juridique.

    Mince, dommage que les négociations n’aient mené à rien ☹ … Donc à priori rien ne va changer ou se clarifier dans les années à venir ?
    C’est sûr que les artisans ne pèsent pas lourd face aux marques, mais avec le vélo qui revient sur le devant de la scène (pistes cyclables, limitation de la voiture en ville… plus le côté “production locale”) je pense que la profession pourrait de nouveau intéresser les clients et les pros.
    Une législation existant déjà pour les productions en série, ça ne mangerait peut-être pas de pain de l’adapter pour de l’unitaire (un cadre “type” à fournir toutes les X années, qui subira les tests de fatigue pour attester du sérieux de la fabrication + quelques contrôles réguliers non destructifs sur la production).



  • @Celika
    Le probleme c’est qu’artisan ou pas les regles sont claires et commencent par l’article L221-1 du code du commerce …qui te renvoient vers le decret qui a remplace le 95-937 qui te renvoie vers la Norme corresponsant au produit et non pas au moyen de production ( industrielle ou artisanale et de série ou à l’unité ) et là point…de solution actuellement

    L’association des artisans du cycle avait repris mon travail mais au bout de deux ans c’est tyerminé les artisans et les velcoistes qui fabrqiuent ou vendent et montent une piece detachée pour un velo neuf de série ( industriel ) sont hors la loi dictée par l’article L221-1.
    Pour ma part je vais de nouveau preparer un dossier que je vais soumettre a tous les deputés pour qu’ils posent une question au gouvernement afin d’obtenir un réponse précise sur le sujet .

    Je avis aussi interpeller els assureurs car ils n’assureront pas en cas d’accident …( réponse de AXA car il faudrait respecter la loi et donc le L221-1 et prouver que le produit répondait aux exigences de la norme ) …

    Et enfin je vais interpeller l’Europe sur le sujet .

    Bref Contactez vos assurances , rejoignez les artisans du cycle ou une autre confrérie ( a créer ) mais surtout soyez vigilants avec les assurances et dites vous bien que vous devez prouver que le produit que vous vendez repond aux exigences de la NOrme ISO 4210 pour un velo de course …
    Enfin il est possible de jouer sur les mots pour designer el produit que vous vendez ( regimes speciaux devient regimes specifiques et c’est pas pareil …!! ) …

    Bref les artisans sont soumis aux memes regles que els industriels pour els produits finis .

    Je vais donc rediger un " guide " ( meme si c’est pretentieux ) pour mettre les pres requis et les infos qu’il faut conserver et un peu ce qui pourrait etre interressant de faire en temps qu’artisan …Ceux qui souhaiteraient recevoir ces doc vous pouvez me joindre .

    Bon vélo .



  • @Menhir-Cycles
    Si l’on souhaite que le BNA puisse travailler il faut l’aider …trouver de l’argent pour rédiger une norme c’est aussi un boulot .
    Donc il faut mouiller la chemise et pour ce que me concerne j’envoie un mel a tous les députés prochainement , aux ministres concernés a Juppé ( qui avait signe le decret 95-937 ) et à Bruxelle ( il faut que je trouve qui est responsable de la commission des lois ) …La seule règle connue est L221-1 qui renvoie vers le décret qui renvoie vers la NORME ISO 4210 sans distinction…c’est là que le bat blesse …



  • Bonjour

    Merci beaucoup pour votre implication pour le développement et la clarification de ces règles 👍 .
    Donc les cadreurs actuels restent plus ou moins “hors la loi” (idem pour ceux qui voudraient se lancer)… C’est vraiment dommage, je vois de plus en plus de start-up et petites entreprises se créer dans ce domaine, dans beaucoup de cas pour des VAE, vélos en bambou, ou vélos spécifiques (pliants, cargos “pro”,…), avec un marché en plein développement et une demande des entreprises, collectivités et particuliers.



  • Bonjour

    Je me permet un petit “UP”.
    Étant de nouveau en recherche d’emploi, l’industrie ayant souffert du covid, le vélo étant en plein boum, et ayant un potentiel associé, je me suis relancé sur mon projet d’atelier car ça me semble être le bon moment.

    Mais je me heurte toujours à ce problème de normes: j’ai contacté plusieurs assureurs (généralistes), et la réponse est toujours la même: pas de normes, pas d’assurances… Et le risque est bien trop grand pour faire sans (même en étant très carré sur la fabrication, en testant consciencieusement ses productions avant de les vendre, en assurant un suivi… on ne peut jamais exclure un accident ou un défaut de fabrication).

    Si ce point ne peut être résolu, tant pis je mettrai de côté ce projet et repartirai sur quelque chose de plus conventionnel…

    Merci 🙂


Log in to reply