Débuter en TIG: conseils, trucs et astuces pour bien démarrer



  • Salut à tous,

    Premier sujet que je lance.

    Puisque le forum est susceptible de rassembler pas mal de débutants comme moi, je me dis que c’est peut être bien d’avoir des sujets dédiés à certaines bases nécessaires pour se lancer plutôt que d’avoir des infos dispersées partout (et donc difficiles à trouver) et la multiplication des posts traitant de la même demande.

    Pour ma part, j’ai décidé de passer par la solution “stage” pour me lancer dans ma première réalisation. Ce “stage” ne sera certainement pas sans défauts, mais il aura le mérite de m’avoir incité à démarrer et d’avoir répondu à beaucoup de questions de base que je me pose.

    Il portera sur la réalisation d’un cadre acier au TIG. Bien qu’aucune formation de base ne soit réclamée, je voudrais me faire un peu la main durant les quelques semaines que j’ai à ma disposition d’ici là. Le but serait de pouvoir entrer directement dans le vif du sujet lors de mon arrivée.

    J’ai un ami carrossier qui est équipé d’un post TIG dont je peux disposer autant que je le veux. Ca serait dommage de ne pas en profiter.

    Quels sont vos conseils, trucs et astuces pour démarrer efficacement en TIG?
    Techniques, types de tubes, réglages du post, type d’apport,….Je suis preneur de tout ce qui pourra me permettre d’éviter les erreurs classiques.

    Et si votre avis est qu’il serait préférable de commencer en brasure, et bien j’ouvrirai mon second post. 🙂

    D’avance merci,
    Phil



  • Je met en vrac ce qui me passe par la tête de ma petite expérience.

    Premier conseil, achète des manchettes et des bon gants. Les manchettes parce moi j’ai pris des coups de soleil sur les avant bras le premier jour 🙂

    Des bon gans parce que tu auras souvent besoin d’un point d’appui avec la main qui tien la torche, le chaud n’étant pas loin il faut des bon gants pour ne pas avoir de gênes.

    Ensuite il faut de la pratique, tu fait des gueules de loup, genre 50 et tu les soudes. Demande des conseils à la personne qui te prête le poste pour les réglages.

    Je te conseil de commencer avec n’importe quel tube pas cher de 1mm d’épaisseur ce sera le plus gros que tu souderas sur un cadre.

    Ensuite il te faut du gaz avant la soudure, et après la soudure, si le poste à une fonction anti-collage active la 🙂

    il faut aussi que les surfaces soit nikel.


  • modérateur

    Oui peut etre commencé par la, c’est valable pour absolument tous les procédés: il faut préparer ta soudure, tout nettoyer, aucune impureté


  • modérateur

    Mais si tu n’as jamais touché un chalumeau ou autre, avant de commencer sur du tube, commence sur du fer plat, epaisseur 1 à 2mm
    Et tu fais plusieurs metres de soudure, Le but étant de bien comprendre comment ca se passe avec le bain de fusion, le métal d’apport mais aussi les réglages selon ton poste et ce que tu soudes.
    autre point fondamental: il faut toujours pointer l’intégralité de la piece ou des pièces avant de souder/braser sinon tu vas avoir des déformations.
    Une fois que tu geres les parametres, ce n’est plus que de l’entrainement, mais il n’y a pas de miracle.

    Apres, il ne faut pas limiter un cadre aux soudures/brasures. C’est souvent ce qui est le plus visiblement mais avant cela, tu dois avoir des tubes parfaitement en place.
    Le désavantage du TIG par rapport à la brasure, c’est que le TIG ne permet pas de corriger des erreurs lors de la coupe de tes tubes.
    Sur mon premier cadre, certaines intersections de tubes étaient nickel,donc pas de probleme pour TIG ou brasure. mais si tu y va un peu fort sur la scie ou la lime (ce qui arrive vite), tu peux rattraper le jeu à la brasure en chargeant un peu avec le métal d’apport. le TIG ne te permettra pas ca. C’est pourquoi on dit que c’est généralement un peu plus pointu au TIG


  • modérateur

    Mais si tu n’as jamais touché un chalumeau ou autre, avant de commencer sur du tube, commence sur du fer plat, epaisseur 1 à 2mm
    Et tu fais plusieurs metres de soudure, Le but étant de bien comprendre comment ca se passe avec le bain de fusion, le métal d’apport mais aussi les réglages selon ton poste et ce que tu soudes.
    autre point fondamental: il faut toujours pointer l’intégralité de la piece ou des pièces avant de souder/braser sinon tu vas avoir des déformations.
    Une fois que tu geres les parametres, ce n’est plus que de l’entrainement, mais il n’y a pas de miracle.

    Apres, il ne faut pas limiter un cadre aux soudures/brasures. C’est souvent ce qui est le plus visiblement mais avant cela, tu dois avoir des tubes parfaitement en place.
    Le désavantage du TIG par rapport à la brasure, c’est que le TIG ne permet pas de corriger des erreurs lors de la coupe de tes tubes.
    Sur mon premier cadre, certaines intersections de tubes étaient nickel,donc pas de probleme pour TIG ou brasure. mais si tu y va un peu fort sur la scie ou la lime (ce qui arrive vite), tu peux rattraper le jeu à la brasure en chargeant un peu avec le métal d’apport. le TIG ne te permettra pas ca. C’est pourquoi on dit que c’est généralement un peu plus pointu au TIG



  • tu peux rattraper le jeu à la brasure en chargeant un peu avec le métal d’apport.

    tu peux effectivement rattraper, ou boucher un jeu. mais ca va aussi déformer l’assemblage autour de ce jeu. Donc déformer le cadre si on parle d’un brasage autour d’une jonction de tube. Quand on fait du soudo brasage ou du brasage, le contrôle des jeux est essentiel pour minimiser les déformations.
    un cadre à raccords pardonne un peu plus les erreurs de grugeage qu’un soudo brasé ou un tig. Seulement un peu !
    En soudo brasé , si tu as un jeu d’un coté, le bronze va avoir tendance à “refermer” l’assemblage et ainsi à générer une déformation.
    D’où l’importance d’avoir des jolis grugeages, bien en phase



  • Je confirme l’importance primordiale des grugage. Sur le premier test de cadre que j’ai fait grugage de merde résultat cadre pas roulable et tout est partie du jeu entre le tubes.

    Les soudures soudobrasé ca tire dure avec ou sans pointage.



  • Merci pour vos avis et conseils.
    Je suis parfaitement conscient qu’un sage d’une semaine a ses limites et que je ne dois pas m’attende à assembler des cadres chez moi dès mon retour.
    Mais je crois que j’en ai besoin pour démystifier un peu la chose.

    Je suis assez partisan de l’apprentissage par essai/erreur, et j’aime développer mes propres méthodes dans ce que je fais selon les compétences et la matériel dont je dispose. On verra une fois rentré, mais je répète que je n’en resterai pas là.

    Je ne suis absolument pas équipé, je n’ai rien si ce n’est lesquelles outils du bricolo de base, un pied et un casier Park Tool pour la mécanique courante.
    Je pense que ce n’est pas une mauvaise chose. J’achèterai au fur et à mesures des besoins, sur conseil, plutôt que de m’entêter à fonctionner avec du matos inadapté.

    Là j’ai deux anciens cadres VTT en CroMor qui vont passer à la disqueuse afin de me servir de base d’essai soudure TIG sur tubes. Avant je vaisme trouver de la tôle plate. On verra ce que ça donne.

    Quand vous parlez de bien nettoyer avant soudure, vous auriez plus de détails svp?
    Le gaz avant et après soudure, c’est de l’argon pour inerter?
    Pour pointer un assemblage, vous faites genre 4 points de soudure à 0,3,6,9h autour du tube?
    Les baguettes d’apport, il y en a de plusieurs diamètres? Pourquoi? Je ne parle même pas encore du choix du métal d’apport…

    Merci!
    Phil


  • modérateur

    Normalement, si tu soudes (pas la brasure), le métal d’apport doit être le même que le métal soudé car tu as une fusion des deux.
    Ai ce n’est pas le cas, il faut trouver une nuance qui se rapproche le plus possible de ton métal.

    La taille des baguettes, si c’est comme le chalumeau, il faut que ça se rapproche de ton épaisseur à souder. Car si tu as trop gros ou petit, tu as un métal qui va entrer en fusion beaucoup trop avant l’autre.
    Oui pour le pointage de tube c’est 0/6/3/9 et la il faut que tu vérifies le positionnement
    Mais commence par souder des plats et ensuite tu attaques les tubes. Sur un tube, il faut faire pivoter le tube au fur et à mesure, il faut toujours souder à plat ou presque
    Pour nettoyer il faut poncer, dégraisser et sécher.
    Comme ca la pièce est propre. Si tu as des pièces épaisses, il faut faire un chanfrein. Mais ce n’est pas le cas pour les cadres de vélo donc on ne va pas s’embêter avec ces détails



  • Bonjour,

    en complément de tout ce qui a été dit j’ajouterai:

    • la qualité de la cagoule: certains écrans de cagoule sont trop foncé à protection égale. Je n’ai toujours pas compris pourquoi…
    • le positionement de ton éclectrode: la difficulté de souder sur du rond, c’est de maintenir l’electrode bien perpendiculaire à ton joint de soudure.
    • l’affutage de l’électrode et la propreté de ton joint de soudure.
    • se dégager du temps et bien s’installer!

    Une des grosses frustrations du TIG c’est le paramétrage de l’appareil (surtout quand il faut gérer la coordianation des deux mains!). Si tu fais ton stage chez OTM, Tom te montrera comment régler le poste en mode “pulsé” et avec une pédale pour controler l’intensité du courant. Ce sont des fonctions hyper confortable mais malheureusement tout les postes TIG amateur n’en sont pas équipés.

    les vidéos youtube de pithy bike sont interessantes pour le TIG.

    Je dois avoir une doc très basique pour le tig si cela t’interesse.



  • Bonjour,

    pour se former à la théorie et bien comprendre les principes sur soudeur.com il y a cette documentation venant de esab:

    http://www.soudure.fr/files/Guide_pratique_interne_procede_TIG.pdf

    bonne lecture.



  • Super, merci pour tous ces conseils!
    Je me la coule toujours douce en vacances dans le Lubéron là, mais je vais attaquer ça au retour.

    En attendant, je vais déjà lire le document dispo en lien. Je suis preneur de l’autre documentation basique aussi, par MP si c’est mieux 😉

    Merci!


  • modérateur

    Début de la formation TIG ce soir, pas évident mais assez similaire au chalumeau pour le moment mais bon c’est encore sans métal d’apport donc ça ne compte pas 😉



  • Pas de métal d’apport? Là je ne comprends plus rien! 🙂


  • modérateur

    En gros la soudure, c’est la fusion du metal. C’est pour cela que tu dois avoir des metaux identiques.
    Dans certains cas, tu peux juste faire fondre chaque coté, le bain de fusion va etre a cheval sur les deux coté et lorsqu’il sera refroidi, les deux plaques ne feront q’une.
    Tu peux souder sans métal d’apport (on fait toujours cela au début) pour maîtriser le bain de fusion et lorsque tu as peu de contraintes sur la pièce (que ce soit de force ou esthétique). une fois que tu maitrises ton bain de fusion, tu peux t’entrainer avec le metal d’apport.

    ici http://www.usinages.com/threads/assemblage-tig-sans-apport.41040/ ils confirment que les propriétés mécaniques sont moins bonnes lorsqu’il n’y a pas de metal d’apport (qui je le repete doit se rapprocher le plus possible du métal soudé)



  • Ok, merci pour ces précisions!
    J’ai une “initiation” TIG demain chez un ami, je me réjouis de voir ce que ça va donner…


  • modérateur

    Je pense qu’il faut y aller progressivement:

    1. Reglage : quel amperage (25ampère par millimetre pour du plat, cela change si angle ou tube mais tu verras plus tard); affutage du tungstene; mise en place des pièces
    2. Gestion du bain de fusion d’abord sans métal d’apport, pas besoin de se compliqué la tâche pour débuter.

    Pour le moment j’ai trouvé cela très similaire au chalumeau (si tu as déjà soudé ou brasé avec tu ne seras pas perdu)



  • Et vu qu’il y a du gaz inerte pour protéger la soudure, le métal n’est pas contaminé

    Puis pour faire des lignes au début, autant apprendre sans baguette (c’est déjà suffisamment compliqué )


  • modérateur

    Salut,

    Etant dans une école de design et féru de métal j’ai de nombreuses fois donné des cours de TIG pour débutants, (à tel point que j’ai souvent remplacé le professeur, jusqu’à avoir un contrat temps partiel l’an dernier avec l’ecole 🤣 ) il est important de ne pas griller les étapes lors de l’apprentissage.

    Pour de l’apprentissage c’est un bon exercice de commencer à souder sans métal d’apport. Attention ce n’est pas une soudure mécanique! Elle est souvent belle mais très fragile! C’est un exercice pour apprendre à gérer le bain de fusion, l’avancée de la chaleur sur la pièce et les réglages de base du poste.
    Je conseillerai de baisser la sortie de gaz pour cet exercice comparé à la sortie nominale du poste à souder, cela fait de sacrées economies si on le fait avec son propre poste et donc sa bouteille.

    L’affutage de l’electrode est un point essentiel pour faire de bonnes soudures. Il ne faut pas hésiter à passer du temps sur l’affutage (idéalement avoir une meule pas loin du poste). Et surtout toujours ré-affuter même si l’on ne touche qu’a peine avec la pièce à souder. c’est l’electrode qui fait le flux de gaz et qui transmet l’arc electrique. Si elle n’est pas en parait état, cela va tout de suite se voir sur la “flamme” qui sors: elle deviens difforme et verte.

    un exemple de “bon” affutage;

    L’art de la soudure c’est de trouver SA vitesse: certains soudent vite a fort ampérage d’autres lentement à plus bas ampérage. La couleur en dit long sur le temps de chauffe de la pièce soudée:

    ?h=287&w=432&hash=CB5A991CFDDC3740CD8B3F7450EE36E0E862AD71)

    Faites des exercices dans l’ordre: soudure deux plaques de 2mm bord a bord, deux plaques de 2mm en vertical (90°),puis la meme chose en 1mm, puis tubes en profilé carré (pour apprendre à gérer des pieces creuses), pour enfin terminer sur le tube rond avec une gueule de loup.

    a vérifier dans l’ordre pour le réglage d’un poste à souder:
    EN TOUT PREMIER LA SORTIE DE GAZ, si on commence à souder sans gaz la piece que l’on soude va s’oxyder de ouf dingue, et l’electrode en tungstène va flamber dans la buse.
    la Sortie: AC pour l’aluminium , DC pour l’acier
    l’ampérage (theoriquement 25A par mm comme dit plus haut 😉 j’ajouterais que les postes à souder plus récents sont devenus plus performant, maintenant on n’a plus besoin que de 20 amp/mm)
    La pince de masse est bien reliée à la pièce à souder.

    Puis viennent les reglages plus complexes à assimiler:
    l’amorcage: lift arc ou haute fréquences
    les réglages des courbes d’amorcage et d’évanouissement pour ne pas faire de trou au départ ou en fin de soudure. (essentiel pour l’aluminium, moins pour l’acier je trouve)
    la sortie de gaz: combien de secondes l’argon sortira encore de la buse après le cordon de soudure (et donc garder l’environnement neutre)

    des petites astuces perso:
    -achetez un écran a cristaux liquides, ca vaut vraiment le coup!
    -pour souder à plat ne pas hesiter a poser la buse en ceramique sur la tole et se laisser glisser
    -toujours pour la soudure à plat, sortez l’electrode a la distance qui est la plus agréable pour le geste
    -ne buvez pas trop de café, ca dérange pour la gestuelle
    -toujours pointer convenablement: NSEO = Nord sud est ouest! : la soudure au tig tire énormément sur la pièce!
    -faire des essais sur des chutes de tubes de la meme pièce à faire, ca permet de trouver les reglages avant toute chose
    -il n’y a pas de secret, des tubes bien grugés et alignés seront beaucoup plus simple à souder
    -ne pas négliger le positionnement des pièces et bien les faire se tenir avec des pinces avant pointage
    -une belle soudure, c’est dans quasi la totalité des cas une bonne soudure.
    -Prendre son pied et souder en musique!


  • modérateur

    Mudagoye, si tu regardes les photos des soudures de 44 bikes, j’ai l’impression que la zone chauffée est vraiment très réduite. Tu connais les raisons ? (en plus d’avoir un angle très pointu sur le tungstène)


Log in to reply