Et maintenant c'est pour moi…



  • Sacoche reçue…. faut penser au decaleur maintenant image.jpg



  • Superbe travail!

    Quant au rendement d’une randonneuse, je ne constate pas de réelle différence entre entre la mienne et mon course en 700. Ce que tu dis sur la descente m’a interpellé aussi et je suis aller revoir la géométrie de la fourche du début du fil. L’as tu réalisée telle quelle, avec un déport de 44mm et donc 59mm de chasse au sol ?

    Intéressant que tu aies mis du 44-26 comme plateaux. J’ai craqué pour un pédalier Pro 5 Vis 70e anniversaire de TA et je voudrais mettre la même configuration de plateaux. Cela fonctionne bien chez toi, apparemment avec le même dérailleur que moi, un CX 70 ? Qu’as-tu mis comme cassette à l’arrière ? Je pense à une 10v 13-27, à customiser à partir de ma 12-27 actuelle ou même une 10v 14-28.



  • Salut Marmotte
    Pour la géométrie c’est sur la page 2 du post. Sur la première page c’était un projet de 700c mais PrinceOfSherwood m’avait convaincu de faire une randonneuse. Le déport de fourche est de 68mm pour un Trail de 31mm. Comme le wheelflop est assez limité il faut bien balancer le velo . C’est assez marrant à faire d’ailleurs

    Pour le rendement ça me semble normal vu le poids des jantes et des pneus de 42. Ça ne peut pas concurrencer une roue de route “classique”. Mais bon, de toute façon ce n’est pas une bête à grimper, c’est un velo fait pour rouler pépère

    Le pédalier 26/44 implique de placer le dérailleur très bas (oui, cx70). Une fois en place c’est nickel. Derrière j’ai 12/28



  • Merci Christo.

    Mon dérailleur est sur collier, donc facile à descendre à la bonne hauteur.



  • Dernière question: pas de frottement de la chaine au grand plateau sur le 26x13 ou 12?



  • Le 26/12 passe parce que le shifter permet d’avoir une position intermédiaire ce qui autorise les croisements de chaîne (pas conseillé cependant). En revanche c’est le 44/28 qui frotte



  • Sur quoi la chaine frotte-t-elle au 44/28 ?



  • coté interne de la fourchette. Je pourrais fignoler en axant un peu mieux peut etre mais comme je ne croise jamais (c’est une histoire de religion 😄 ) je ne me prends pas trop le choux



  • Merci. Je vais déjà voir ce que ça donne avec la cassette 12-27, celle-ci me donne 3 vitesses en double, les autres option seulement 2. Après c’est aussi une question de ligne de chaine dans mes vitesse préférées.



  • Vraiment très beau travail. J’ai beau ne pas être accro du néo vintage (surtout de l’énergie qui tourne autour en réalité), le résultat est vraiment superbe. Homogène, sobre, fonctionnel et d’une très grande qualité de fabrication. Bravo !

    @christo:

    Pour le rendement ça me semble normal vu le poids des jantes et des pneus de 42. Ça ne peut pas concurrencer une roue de route “classique”.

    Je me permets de relever ce point et la notion de rendement. Le terme rendement est galvaudé. Tout le monde l’emploie pour parler de quelque chose qui n’est pas le rendement. On a tendance à assimiler rendement et performance maximale du vélo. Alors effectivement, à ce jeu là les vélos les plus rigides avec les pneus les plus fins l’emportent. D’où l’aberration que l’on lit régulièrement que tel vélo a un meilleur rendement qu’un autre parce qu’il transmet mieux la puissance maximale. La sensation de coup de pied au cul sur un tour de parking ne traduit pas le rendement réel.

    Si on revient à la définition initiale du rendement (rapport entre énergie résiduelle et énergie consommée) on se rend compte qu’il dépend de bien d’autres facteurs, notamment, le pilote (son niveau de base mais également sa façon de rouler, sa forme du moment), la durée totale de l’effort et le terrain. Et là, des vélos moins performants en puissance maximale dévoilent des rendements nettement plus convaincants. Au bout de 4 ou 5 heures sur le vélo sur de petites routes pas forcément en bon état, plus grand monde n’est capable d’aller chercher la zone de haut rendement des vélos de course. Et je crois qu’on a tous testé l’effet scotch d’un vélo dur qu’on ne sait plus emmener. Et là le rapport énergie résiduelle sur énergie consommée devient très très mauvais. Bien plus mauvais que sur un vélo plus souple qui roule encore. C’est net bien avant 4 ou 5 heures si l’état de la route se dégrade.

    Je fais la même constatation en VTT. A mon niveau physique, avec ma façon de rouler, sur les terrains très durs que j’ai ici, le 27,5+ a un meilleur rendement que le fat… …pendant une demi heure ! Après je suis à l’arrêt, ou presque. Quant au 29 classique, son heure de gloire entre mes jambes ne doit pas dépasser le quart d’heure…

    Donc Jan Heine a raison s’il dit que dans des conditions de sorties longues sur des routes en état pas forcément nickel (bref la pratique qu’il aime) et avec un pilote qui n’est pas un champion, ce type de pneu a un meilleur rendement qu’un classique pneu de route. Il a tort s’il affirme cela dans l’absolu. Chacun de ces deux types de pneu a une plage d’utilisation optimale et une plage où il devient moyen, voire franchement mauvais…


Log in to reply