Devenir artisan du cycle


  • modérateur

    Ils ne parlaient pas de supprimer le régime de l auto entrepreneur ?



  • Si. Ça fait partie des trucs à regarder. Mais pour l’instant il existe.

    A défaut d’AE, le régime sous lequel je suis (Entreprise Individuelle au réel simplifié en franchise de TVA) permet d’utiliser les mêmes avantages fiscaux sur la TVA, avec la possibilité de prendre en compte des amortissements, mais avec les emmerdes de tenir une vraie compta et d’avoir affaire au RSI. Et plus que la poignée d’euros que je pense gagner en AE, c’est surtout cette tranquilité que je voudrais.

    En AE, tu leur dis en fin de trimestre “j’ai encaissé tant, je vous dois tant, je vous fais un chèque” et basta. Ça prend 10 minutes. Au réel tu leur donnes plein de chiffres et ils te sortent une fois par an un chiffre dont ils ne savent pas eux même réellement d’où il sort. Et selon si le chiffre te déplait franchement ou juste un peu, tu te prépares ou non à la bagarre…



  • @Yann:

    En AE, tu leur dis en fin de trimestre “j’ai encaissé tant, je vous dois tant, je vous fais un chèque” et basta. Ça prend 10 minutes.

    Moi qui ne comprends rien a la paperasse, ca m’aide bien.

    L’exemple de comparaison que tu as donné est sympa, on vois bien la différence entre les deux statuts. Mais quel voleur ce RSI, c’est quand même incroyable de taxer autant les entreprises.
    Le plus triste c’est que ces conneries démotivent les jeunes entreprises a évoluer, a se développer, un peu comme toi et rebute complètement les autres qui voudraient se lancer a leur compte.



  • Bonjour!
    Je lis ce post avec attention, désirant quelque part, bosser dans le vélo et surement dans la fabrication. Mon crédo, la niche comme on dirait ici, c’est plus le vélo cargo par contre !

    Pas mal d’infos sur la partie financière, mais quid de la “réglémentation” ?

    Sous entendu, “n’importe qui” peut-il vendre des vélos ? On entends toujours parler d’homologation, de certification,…
    J’ai bien lu la norme NF EN 14764( dispo en pdf si vous voulez ;)), mais cela parle essentiellement des composants, pas réellement du cadre.

    J’ai demandé à Douze cycles, pour les cargo notamment, il n’y a aucune législation pour un vélo cargo. C’est un vélo comme un autre. Quand bien même, il suffit de le souder et tout ? Quel est le cas de Yann avec Salamandre, les autres ?

    Ce que j’ai entendu :

    Pour des cargos : auto-certification, le fabriquant rédige lui même son cahier des charges et peut prouver que c’est conforme (charge utile, distance de freinage,…). Mais en cas de procès : perte assuré du fabriquant. (Vélocargodrome)

    Homologation : possible quand on a une gamme et qu’on fait tous les mêmes, (car essai destructif sur un modèle ?), mais peu réalisable pour du sur-mesure.

    Bref, comment ils font ?!



  • Camalot, en tant que artisan en vélo custom, je ne me suis jamais occupé de quelconque homologation ou norme. Pour dire, je n’est jamais lu la norme, a quoi bon puisque nos vélos ne sont pas homologables.
    De plus, les géométrie que je réalise surprendrai surement les contrôleurs. Je ne met qu’un seul frein rétropédalage et jamais de lumière … Ca ne passerai pas du tout.

    Bref, je stipule sur la facture que les vélos sont pas homologué, et que leur utilisation est réservé a un usage sur terrain privée.
    Ca ne sert probablement a rien mais bon …

    Fait toi plaisir, fait des vélos et vends les !



  • Ouaip, ok. Mais pour un vélo cargo, s’il peut pas aller sur la route, c’est quand même bien dommage non ? 😉


  • modérateur

    Vincent de mecacote a souvent abordé ce sujet.
    Ce qu’il en ressort c’est que, <glow glow=“red”>à ma connaissance</glow> aucun artisan français ne respecte ou applique une norme car c’est juste à l’opposé de la mentalité et du business.
    Une norme définit des standards etc alors qu’ils font du sur mesure. Alors il peut avoir des standards de soudure ou autre éventuellement mais bon dans les faits, les vélos sont vendus comme cela, éventuellement avec une décharge comme a dit Zhemax mais quoi qu’il arrive, en cas de pépin notamment sur le cadre, ce sera impossible de ne pas être responsable en cas de poursuite ou autre.
    Et dans le cadre d’un cargo, admettons que tu utilises un pédalier normal, le fabricant du pédalier pourrait même se retourner contre toi (dans l’hypothèse ou on va chercher des noises à lui plutôt qu’à toi directement) car l’utilisation ne serait pas adaptée à l’usage initial.
    Bref, ca sonne un peu alarmiste comme message mais dans les faits, je n’ai jamais eu écho de tel souci…
    Lire ce sujet qui est très intéressant à tout point de vue mais Yann parle entre autre des normes (et on comprend donc qu’il ne se fait pas chier avec ce genre de chose, ce qui doit être le cas de tous les autres artisans français, selon moi)
    http://veloartisanal.fr/viewtopic.php?f=6&t=130&p=1108&hilit=norme#p1108



  • Pensez à votre retraite … Je ne suis pas sur que la micro entreprise ( version 2016 à) prépare une retraite décente…



  • Vib ; Zhemax, J’ai encore les courriers de 2016 du Ministere et je ne désespère pas arriver a ce que l’artisan puisse faire tester 1 seul produit suivant les informations de la norme ISO = NF EN ISO 4210 et non plus la NF EN 14781…Bref j’attends une réponse définitive et j’ai déja pris contact avec eds laboratoires agrées pour faire les essais cadre y compris essais de choc alors que j’ai expliqué qu’en cas de choc je pensais plus au cycliste sur le vélo qu’au vélo …mais bon ne faire que l’essaie de fatigue ( ce qui me semblait simplement réaliste et cohérent pour s’assurer que le cadre soutiendrait normalement les sollicitations) me semblait juste nécessaire .

    Vous pouvez contacter Sophie Fabre au 01 44 97 31 17 dossier Ref 05/3128 et mel = <email email="bureau-5a@dgccrf.finances.gouv.fr">bureau-5a@dgccrf.finances.gouv.fr</email>

    L’idéal lorsqu’ils auront accepté les essais seuls sur le cadre c’est de vendre tout en pièces détachées …

    Enfin essayez de demander à tous les fournisseurs de fourches / potences / TDS/ Selles / Pédaliers / pédales etc…un certificat de conformité pour le produit qu’ils vous vendent …comme peu de produits ont un numéro de série il ets impossible de prouver que le produit a satisfait aux tests…

    Bref on se mord la queue… et rien n’avance .



  • Bonjour

    J’ai lu ce sujet avec intérêt, car il est difficile de trouver des infos sur cette profession en France (et même vis-à-vis de la législation autour du framebuilding en général).

    C’est une reconversion qui me trotte dans la tête depuis un moment (que j’aimerais prévoir lors de l’achat d’une maison, avec un bon atelier, voire carrément racheter un ancien atelier de mécanique), mais le manque d’infos et de certitudes est assez gênant…

    Si j’ai bien compris (n’hésitez pas à me corriger si j’ai tort ou si ça a évolué depuis):
    -pas de législation claire sur la solidité/qualité des vélos, si ce n’est celle adaptée aux vélos industriels demandant des essais destructifs (donc au moins pour une petite série)
    -soit on tente de prendre une assurance sur les vélos vendus, mais qui peut être rendue caduque vu qu’ils n’ont pas subit d’homologation, soit on se couvre avec une décharge (ce qui doit chiffonner certains clients 😕 , payer un cadre au prix fort avec un “à vos risques et périls” dessus…)

    Pour ce qui est de l’artisan en lui même, il n’y a donc pas de diplômes de soudure, ou au moins un certificat de formation, nécéssaire pour vendre ses cadres ? Toute personne estimant être assez bon en soudure pourrait donc commencer cette activité ?

    Et donc, par extension, n’importe quel amateur pourrait revendre - de façon occasionnelle vu qu’il n’est pas déclaré comme professionnel- ses fabrications perso sous condition de poser une décharge ? On voit passer régulièrement en occasion des trucs sortis du garage (de qualité variable…), et j’ai trouvé ça un peu “borderline” de proposer ça à la vente…

    Merci pour vos éclaircissements 😉 .